L'orchestre

La référence par excellence sur Beethoven

Le Concert Olympique est un nouvel orchestre qui entend œuvrer au plus haut niveau, et vise une expérience musicale contemporaine et unique, basée sur une vision historique, une lecture en profondeur des partitions et une quête de la beauté. L’orchestre se compose de 45 musiciens triés sur le volet et venus de toute l’Europe, qui se retrouvent plusieurs fois par an afin de se frotter à l’expertise du domaine de Jan Caeyers et d’interpréter avec lui des programmes et projets soigneusement établis, dans lesquels Beethoven et ses contemporains occupent une place centrale.

Le Concert Olympique propose une interprétation de la musique de Beethoven basée sur une véritable vision. Leur ambition est de permettre au public de vivre cette musique d’une manière authentique, pertinente, référentielle, qui porte à la réflexion. 

Les fondements du Concert Olympique sont évidemment les 45 musiciens, particulièrement motivés dans leur envie de donner vie à l’expertise de Jan Caeyers à travers chaque programme, de la manière la plus fidèle et juste qui soit. Mais ce n’est pas tout : Le Concert Olympique est un orchestre consacré à Beethoven, fort à la fois d’une vision, d’une ambition et d’une mission claires. Le concept, le contexte, les valeurs, la couleur et le style font partie d’une vision globale et réfléchie.

>> Télécharger ICI la bio de l'orchestre, chef d'orchestre Jan Caeyers et logos de Le Concert Olympique.

Chef d'orchestre
Les Musiciens
Beethoven
Contexte
Vision & Mission
Le concept
Valeurs
Canon
L’interprétation
Nom
Couleur
Dimension européenne

Chef d'orchestre

Le nouveau rôle du chef d'orchestre

Le Concert Olympique a sciemment opté pour un modèle d’orchestre novateur et réactif, dans lequel la connaissance artistique du chef d’orchestre tient lieu de point de départ. Ce n’est que lorsque le chef d’orchestre peut formuler une vision sur tous les paramètres dès le départ du processus de production qu’une qualité impeccable devient possible : du choix des membres de l’orchestre et des instruments utilisés à l’aménagement des partitions et à l’organisation des répétitions jusqu’au dénouement que forme le rituel du concert.

À travers cette vision très élargie du rôle du chef d’orchestre, propre à Jan Caeyers, mais également en raison de l’histoire globale de Beethoven qu’il apporte grâce à son expertise, il parvient à répondre à une attente essentielle du public. La biographie de Beethoven, les productions théâtrales et les happenings littéraires permettent déjà de toucher un très large pan du public, qui se voit ainsi encouragé à faire le pas et à vivre la musique en live, dans une salle de concert.

Pour plus d'informations sur Jan Caeyers comme Beethoven expert, chef d'orchestre et auteur de Beethoven Biographie: cliquez ici >>

Les Musiciens

Des musiciens passionnés par Beethoven

Les 45 musiciens du Concert Olympique sont originaires de toute l’Europe, où ils sont également actifs.

Le regard sur la partition et son rendu efficace sont des éléments cruciaux de la démarche de l’orchestre. Il est évident que, dans cette optique, l’ensemble des membres font preuve d’une grande motivation et souhaitent prendre part à cette aventure basée sur la connaissance musicale du chef d’orchestre et sa capacité à habiter la musique, et qu’ils partagent son ambition et son envie d’interpréter au mieux les classiques viennois. Du fait que l’orchestre travaille sur des projets clairement déterminés, son acuité est toujours maximale : les musiciens du Concert Olympique sont parfaitement conscients que l’orchestre doit gagner sa place au niveau international en réalisant des prestations impeccables au sein de la ligne artistique qu’ils se sont définie.

Découvrez les musiciens de l’orchestre du Concert Olympique : cliquez ici >>

Beethoven

Beethoven, le grand maître

Beethoven occupe évidemment une place centrale dans la programmation du Concert Olympique. Dans son livre révolutionnaire, Beethoven. Een biografie, le chef d’orchestre et spécialiste de Beethoven Jan Caeyers présente le compositeur comme un génie universel qui était par ailleurs parvenu à trouver l’équilibre parfait entre raison et émotion, entre pouvoir et contrôle.

Aux côtés des célèbres symphonies et concertos, Le Concert Olympique interprète aussi des compositions de Beethoven moins connues et rarement jouées, comme ses grandes œuvres vocales. La perspective musico-historique se voit complétée par des morceaux de Haydn, Mozart, Schubert et Mendelssohn, entre autres.

Pour certaines productions, un lien est même établi avec d’autres disciplines artistiques. L’Egmont de Beethoven a ainsi été joué intégralement en novembre 2012, avec un tout nouveau texte de l’écrivain belge Erwin Mortier.

Beethoven n’est pas seulement intéressant d’un point de vue musical. Il est le symbole même de la capacité à transformer une crise en impulsion positive, une valeur que Le Concert Olympique veut transmettre, implicitement et explicitement. La capacité à repousser les limites, ce qui serait aujourd’hui caractérisé comme de l’innovation, est également profondément associée à sa personne.

Le directeur artistique Jan Caeyers vise constamment des programmes à la fois surprenants et équilibrés : voir agenda des concerts >>

Contexte

Beethoven : l’expérience ultime

Jan Caeyers a couché sur papier sa vision de Beethoven dans le livre Beethoven. Een biografie, publié en 2009 en néerlandais, en 2012 en allemand et en 2013 en hongrois. D’autres traductions (notamment en chinois et en anglais) sont prévues.

L’écriture de cet ouvrage est indirectement à l’origine de la création de l’orchestre Le Concert Olympique, à l’aide duquel Jan Caeyers, accompagné de 45 musiciens enthousiastes, peut exprimer sa vision de Beethoven et de la musique classique viennoise, afin de faire entendre les trésors cachés entre les lignes musicales de ce compositeur exceptionnel, et ainsi de les faire revivre, tout en permettant au public de les expérimenter à son tour.

Consultez l’agenda des représentations du Concert Olympique pour une expérience unique de l’œuvre de Beethoven.

Vision & Mission

Ambition, combinée à l'expertise et de la perfection

Le Concert Olympique est un orchestre consacré à Beethoven, suivant le modèle classique viennois, qui a été créé en 2010, visant les horizons 2020 et 2027, les deux années jubilée de Beethoven.

En 2020, cela fera 250 ans que Beethoven est né, et en 2027, il sera mort depuis 200 ans. Il va sans dire qu’énormément d’attention sera accordée à ce double anniversaire de l’une des personnalités les plus importantes de l’histoire du monde, deux célébrations qui se suivent d’à peine sept ans.

La mission est aussi simple qu’ambitieuse :  être considéré internationalement comme LA référence sur Beethoven d’ici 2020, et ce autant dans le domaine de la recherche qu’au niveau de l’exécution authentique, ce qui offre la meilleure garantie d’une expérience intense lors du concert.

Le concept

Exclusivité à tous les niveaux

Le Concert Olympique est un orchestre de Beethoven : un orchestre établi suivant le modèle classique viennois. Les musiciens visent une interprétation dans des conditions exemplaires du répertoire de la fin du 18e siècle et du début du 19e, en mettant l’accent sur l’œuvre de Ludwig van Beethoven.

Un élément crucial de cette approche tient au fait que Le Concert Olympique n’est pas un orchestre fixe en tant qu’organisation, ce qui lui permet de ne jamais perdre sa fraîcheur et son acuité. Les 45 musiciens, sélectionnés avec grand soin, se retrouvent plusieurs fois dans l’année afin de travailler ensemble sur un projet exclusif, préparé minutieusement, et ensuite présenté en divers lieux. Cette exclusivité écarte tout risque de routine et garantit une expérience et une implication intensives, aussi bien du côté des interprètes que du public.

Laissez-vous submerger par l’expérience Beethoven.

Valeurs

Beethoven en long et en large

Le Concert Olympique est une histoire en profondeur, qui explore de nouveaux horizons afin d’apporter des interprétations de la musique de Beethoven historiquement et musicalement pertinentes. Mais c’est également une histoire toute en largeur, sur, avec, et par Beethoven, qui permet au public de longue date, mais également aux plus jeunes, de vivre une expérience particulière.

Le Concert Olympique est synonyme d’authenticité et d’intégrité, d’évitement conscient du succès facile. Le Concert Olympique défend une approche honnête et durable.

Et cela va plus loin que la musique de Beethoven. Le grand maître a évidemment inspiré d’innombrables personnes, et il le fait encore aujourd’hui. Dans cette optique, Le Concert Olympique transcende l’orchestre traditionnel, en proposant une expérience globale autour de Beethoven, à travers des images, du son, de la parole et de la musique.

Canon

Les classiques de Beethoven, dans le respect de l’art et de la qualité

Il apparaît de plus en plus que le public a besoin d’une approche fondée et complète de l’art et de la culture. Les gens sont prêts à faire des efforts, bien plus que l’on ne le pensait jusqu’alors, à condition qu’on les prenne au sérieux et que leur besoin de qualité et d’expérience authentique soit écouté et satisfait comme il se doit.

Une approche qui s’applique également à la musique classique, et ce n’est donc pas un hasard si le ‘Internationale Kunstcampus deSingel’, connu pour son amour des nouvelles tendances, propose paradoxalement depuis quelques saisons une série intitulée ‘Ken uw klassiekers’ (‘Connaissez vos classiques’). Le succès de l’imposante biographie consacrée à Beethoven par le chef d’orchestre Jan Caeyers et l’importance des chiffres d’audience des quatre journées Beethoven organisées par la chaîne de radio classique flamande Klara, confirment cette analyse.

L’interprétation

Contemporain et historique : le meilleur des deux mondes

La décision de reprendre le modèle classique viennois dans la mise en place du Concert Olympique en tant qu’orchestre de Beethoven, est fondamentale. À l’exception des trompettes et des timbales, Le Concert Olympique a sciemment opté pour une interprétation sur des instruments modernes, de sorte que les acquis des pratiques interprétatives historiques soient entièrement intégrés.

Le chef et l’orchestre entendent parvenir, ensemble, à un style interprétatif qui soit à la fois motivé historiquement, tout en étant contemporain. La voie est ainsi tracée pour une nouvelle ‘authenticité’, qui rencontre les attentes d’un siècle nouveau et transforme le concert en un moment d’expérience intense de pure beauté.

Cette expérience, ce mélange de ‘patrimoine historique’ et de ‘complément contemporain pertinent’ se voient encore renforcés visuellement à travers la collaboration avec une prestigieuse maison de mode anversoise, la Maison Anna Heylen.

Nom

L’esprit de l’innovation et de la modernité

Le nom de l’orchestre renvoie explicitement au « Concert de la Société Olympique », qui fut, entre 1782 et 1789, le principal organisateur de concerts de Paris. Cette association a suscité beaucoup d’émoi en commandant six symphonies à Joseph Haydn en 1785. Des symphonies parisiennes qui marquent la naissance effective des symphonies classiques modernes.

Le Concert de la Société Olympique était installé au Palais-Royal, berceau du mouvement progressiste, prérévolutionnaire et social en France. L’organisation s’était cherché un lieu propre, au vu du passé et de l’establishment de l’époque.

L’esprit d’innovation, l’espace pour la modernité, forment la philosophie de base de l’orchestre : ‘l’ancien’ n’exclut pas ‘le nouveau’. Le Concert Olympique n’est pas et ne sera jamais une institution rouillée. 

Couleur

La magie des sons et des couleurs

L’ambition de base du Concert Olympique, coupler tradition intemporelle et expérience contemporaine, se traduit aussi visuellement. Les musiciens ne se présentent pas habillés des atours classiques, ils sont vêtus par une célèbre maison de mode anversoise, la Maison Anna HeylenChaque musicien porte une tenue personnalisée par Anna Heylen, qui a accordé une attention toute particulière à la personnalité du musicien et à sa fonction au sein de l’orchestre.

La créatrice a opté pour de ravissantes variations de bleu indigo, qui s’harmonisent comme par magie avec la couleur et la brillance des instruments. Même si le public vient en premier lieu pour la musique, cet enchantement de sons et de couleurs transforme chaque concert en une véritable fête des sens.

Dimension européenne

Beethoven à l’agenda des concerts européens

Depuis les débuts du Concert Olympique en octobre 2010 au deSingel à Anvers (Belgique), il est apparu comme une évidence que ce nouvel orchestre consacré à Beethoven, au vu de ses éminentes qualités et de sa vision acérée du sujet, allait jouer un rôle de premier plan au niveau européen.

Ce qui rend cette approche mondialement unique, c’est qu’avec Le Concert Olympique, Jan Caeyers dispose d’un orchestre grâce auquel il peut également traduire sa vision de Beethoven d’un point de vue sonore.

Après une série de concerts réussis en Belgique, Le Concert Olympique a également été programmé au Musikverein de Vienne (Autriche), au Concertgebouw d’Amsterdam et à De Doelen à Rotterdam (Pays-Bas).

En 2020, cela fera précisément 250 ans que Beethoven est né. Et en 2027, c’est le 200e anniversaire de sa mort que nous commémorerons. 2020 et 2027 seront donc deux années importantes au niveau international. Des moments-clés pour Le Concert Olympique, couplés à un agenda des concerts international.